logo

TEURK

Teurk est un artiste complet qui puise son inspiration dans l'expérimentation. Il vit et travaille à Paris.

Issu de la génération de graffeurs des années 90, il agit radicalement dans l'espace public et se fait connaître en allant peindre dans des lieux en conflit (Bosnie, Liban, Palestine...) En parallèle, il mene un travail d'atelier où se mêlent expériences chimiques et art métallique autour de son thème de prédilection : le magnètisme. A l'aide d'une disqueuse et d'aimants puissants, il donne corps et âme à des œuvres (sculptures, peintures) singulières, atypiques, originales et modernes qui sont exposées dans des galeries contemporaines.

En 2010, il fonde Chemical Bouillon avec Antoin Delach, un projet expérimental à l'orée de l'art et de la science. A travers l'observation puis la captation vidéo de réactions chimiques, physiques, ou organiques, il découvre et met en lumière des univers invisibles et méconnus. La fluidité offerte par ces techniques, lui permet, à la fois de réaliser des performances live (réactions effectuées et projectées en direct lors d'un Festival à la Villa Medicis en 2017) et de réaliser des effets spéciaux utilisés au cinéma (Adama en 2015).

Tout au long de sa carrière, Teurk participe aussi à des projets d'installation pour investir des espaces communs en proposant des architectures chaostiques composées de bois de récupération. Avec SAMBRE, RUN et plus récemment ANTON, il réalise des oeuvres abstraites ou figuratives, labyrhintiques et destructurées, pérennes ou éphémères mais toujours monumentales. Couche par couche, étape par étape, il réécrit, avec ses acolytes, l’espace. La dernière en date fut exposée lors de la Foire de Toulouse pour l'évènement Safari Urbain et n'est pas moins qu'un gorille en bois de 7m sur 5.

A travers ses nombreuses facettes artistiques, Teurk manifeste sa constante volonté de s'approprier différentes échelles pour détourner les regards vers de nouvelles grilles de lecture du monde qui l’entoure.

Réalisation :
Fanny Revault
Jean Lesniewski
Musique :
Bastien Cadena