logo

Danse

Un grand pas en avant

« Il est nécessaire d’inonder le corps d’air et de lumière » Isadora Duncan.

Le XXe siècle ébranle la tradition d’une danse académique. Des créateurs ont bouleversé les corps et graphies d’un ancien monde, celui d’un XIXe siècle engoncé dans une posture bourgeoise. Les danseurs classiques jusqu’alors mettaient en valeur une technique sublimant seulement le mouvement des membres supérieurs et inférieurs. La liberté des corps était alors taboue. Alors que le couturier Paul Poiret délace les corsets et libère d’un carcan social la gente féminine, sur les scènes occidentales, épaules, bassin, et ventre prennent vie.

Pionnière du genre, annonciatrice de la danse moderne, Isadora Duncan (1877-1927), la belle Américaine, incarne l’émotion spontanée et personnifie la danse libre. Native de San Francisco, elle  traverse les incertitudes d’un temps suspendu à la conscience d’un corps sujet, tour à tour expressionniste, naturel ou théâtralisé. Inspirée de l’esthétique de la Grèce antique, elle séduit par son énergie et sa liberté la vieille Europe dès 1903. En dansant pied nu, elle exprime le refus de l’académisme du ballet classique. Ses écoles à Berlin, à Moscou ou à Bellevue, ses spectacles à Londres et à Paris et sa mort tragique à Nice, étranglée par son écharpe qui se prit dans la roue de sa voiture, l’ont portée dans la légende des rebelles.

Et puis il y a eu les Ballets russes. Sous l’autorité de Serge Diaghilev, la compagnie met en scène une révolution esthétique en associant à la danse, la peinture, la musique et la poésie. Cette aventure artistique, fondatrice d’un élan qui traversera le XXe siècle, est incarnée par Vaslav Nijinski, celui qui se voulait « le clown de Dieu ». Devant ses audaces chorégraphiques, Auguste Rodin écrit que sa danse révèle « rien que des attitudes et les gestes d’une animalité à demi consciente. » En avance sur son temps, Nijinski crée sur la partition musicale d’Igor Stravinski, en 1913,  Le Sacre du printemps. Un rituel païen précipitant les spectateurs au cœur d’un paganisme iconoclaste et provoquant le scandale.

Dans les années 1970, la chorégraphe allemande Pina Bausch (1940-2009) représente dans la dérision, le désespoir et une subjectivité absolue la vacuité des relations humaines. Pendant plus d’un quart de siècle, elle recomposera une nouvelle grammaire corporelle en décloisonnant le théâtre et la danse pour proposer un spectacle inclassable. La directrice du Tanztheater de Wuppertal est devenue, jusqu’à sa disparition la papesse de la scène internationale.

Autre grand nom de la danse contemporaine, le chorégraphe américain Merce Cunningham (1919-2009). Privilégiant le mouvement, la maestria du temps et l’abstraction aux règles convenues, il concilie danse et high-tech. Le maître de la post modern dance s’impose comme la figure « classique » de l’avant-garde. Homme sensible à l’instant présent, il a pour outil l’ordinateur. Modification du temps, stockage de séquences, jeux aléatoires, approche spatiale sont pour l’artiste sources de réinvention permanente. La danse contemporaine dessine dans les mouvements l’aventure esthétique, sociale et parfois politique de notre époque.

Art Interview.