logo

CHIHARU SHIOTA

Chiharu Shiota est une artiste japonaise née en 1972 à Osaka qui vit et travaille à Berlin depuis 1996. L’artiste est représentée par la Galerie Templon.

Par Fanny Revault 


D’où vous vient cette passion pour l’art ?

Mes parents possédaient une entreprise fabriquant des caisses de poisson à Osaka. Je n’aimais pas la vie qu’ils vivaient. L’usine était toujours agitée … À huit heures du matin, on entendait le bruit des machines, les employés se mettaient au travail et les appareils fonctionnaient jusqu’à six heures du soir, produisant mille boîtes de bois par jour.

J’ai su très tôt dans ma vie que je voulais me diriger vers l’art, parce que je m’opposais à la vie de mes parents. Ils travaillaient comme des machines. Je détestais cette façon de vivre, je détestais l’usine elle-même. Je voulais poursuivre quelque chose d’épanouissant, quelque chose qui me satisferait dans un sens spirituel. L’art était ma vocation.


Comment l’Occident vous a-t-il accueilli ? Et votre art ?

Lorsque je vivais au Japon, je ne pensais pas vraiment à mon héritage japonais. Mais quand j’ai déménagé en Europe, je fus confronté à mon héritage comme jamais auparavant.

Je rencontrais et travaillais avec des personnes venues des quatre coins du monde.Et j’ai commencé à être consciente de mon identité culturelle. Cependant, je me suis sentie prise au piège. Quand j’expose mon art en Europe, je suis présentée comme une artiste japonaise, mais quand je montre mon travail au Japon, je suis considérée comme une artiste européenne. Je préférerais être vue comme Chiharu Shiota : artiste sans étiquette.


Par le biais de votre art, que pensez-vous apporter au sein de notre société ? Quelles idées défendez-vous ? 

Je suis particulièrement intéressée par la communication humaine. C’est fascinant de voir comment nous avons développé la conscience et sommes capables d’interagir les uns avec les autres, mais nous avons hélas encore beaucoup de mal à le faire. Nous avons des liens émotionnels profonds avec nos partenaires, parents et enfants, mais nous avons encore du mal à nous comprendre pleinement. Notre compréhension de nos sentiments et de nos pensées reste limitée. Je veux transmettre cette réflexion dans mes installations et inciter le spectateur à méditer sur sa façon de communiquer lorsqu’il observe mon art.


Quel est votre artiste préféré ?
Avez-vous un artiste avec lequel vous vous sentez en correspondance ?

J’admire beaucoup Ana Mendieta. Elle m’a influencé lorsque que j’ai commencé à étudier l’art au Japon. Je me sens très connectée à son travail et au concept de relation du corps avec l’univers.


Selon vous, pourquoi l’Art est-il important dans nos vies ?

Grâce à l’art, nous pouvons réfléchir davantage sur nous-mêmes. Une image, un dessin et l’art en général peuvent souvent exprimer plus que des mots. C’est le sens de l’expression qui aidera les gens à mieux se connaître et à mieux comprendre les autres.


Quelle est votre expérience la plus marquante ?

En 2005, on m’a diagnostiqué un cancer de l’ovaire ; cela a beaucoup influencé mon art. Avant le diagnostic, je ne peignais plus. Mais après, je me suis remise à peindre et j’ai créé un nouvel art.


Selon vous, où se situe l’Art dans le travail d’un artiste ? 

C’est une question très facile à poser mais difficile à y répondre. Je ne crois pas être capable d’y répondre, je pense que c’est pour ça que je crée de l’art.