Portrait de Douglas Kirkland
Portrait de Douglas Kirkland

Douglas Kirkland

Photographie

https://www.artinterview.com/interviews/douglas-kirkland/

Les étoiles étincelantes de Douglas Kirkland              

Marilyn Monroe, Mary Pickford, Farrah Fawcett, Brigitte Bardot… des superbes clichés de Douglas Kirkland ont été exposés il y a quelques mois à la galerie GADCOLLECTION. L’occasion d’un bel échange avec cette légende de la photographie.

En soixante ans de carrière, Douglas Kirkland s’est fait le chantre de l’intime, immortalisant les plus grandes stars du XXe siècle et les coulisses de tournage de chefs-d’oeuvre (2001: L’odyssée de l’espace, Titanic) pour les magazines Look et Life. Surtout, ce natif de Toronto de 85 ans, installé à Hollywood Hills avec son épouse Françoise, a su porter aux nues la beauté des femmes entre force, sensualité et fragilité. Si Elizabeth Taylor lui a donné sa chance, il a atteint le firmament avec les photographies de Marilyn Monroe, vêtue seulement d’un drap de soie blanc, quelques mois avant sa mort. La réputée galerie GADCOLLECTION de Gad Edery, dédiée aux plus grands photographes contemporains de la mode, de l’art et du cinéma, a de nouveau fait la part belle à cette légende affable, à travers quinze clichés de son portfolio éblouissant. Marilyn Monroe, Mary Pickford, Farrah Fawcett, Faye Dunaway, Brigitte Bardot, Naomi Campbell, Dita Von Teese et Maria Grazia Cucinotta ont ainsi illuminé les cimaises de ce bel espace culturel au coeur de Paris. Pour lui, « une séance photo est une séduction, une danse lente, vous ressentez le vertige de tomber amoureux, et vous êtes amoureux de ce moment ». C’est toute la grandeur de Douglas Kirkland.

L’exposition My LOVES est une échappée au cœur du monde des femmes qui ont traversé votre vie. Comment avez-vous imaginé vos séances avec elles ?

Chaque séance est une aventure différente. J’étudie mes sujets et j’ai des idées sur la façon de les photographier, mais il y a toujours de l’inattendu, il faut s’ouvrir à l’univers, être prêt à tout ce qui se passe et suivre le rythme. Marilyn était Marilyn, la Déesse. Mary Pickford m’a laissé conduire sa Rolls-Royce et m’a dit : « Allons sur le terrain ». Bri [Brigitte, ndlr] voulait jouer et rester debout toute la nuit pour danser. Farrah Fawcett était une rebelle, son agent ne voulait pas qu’elle fasse de nudité au lit mais elle l’a fait parce qu’elle le voulait. Naomi Campbell était une professionnelle. Elle est venue au studio après avoir défilé à Milan pendant la Fashion Week. Faye Dunaway a récité de la poésie pendant que je la photographiais à Trévise où elle avait une relation amoureuse avec Marcello Mastroianni. Dita Von Teese m’a dévoilé délicatement sa poitrine à la fin de notre séance comme l’effeuilleuse raffinée qu’elle est.

Douglas Kirkland – Farrah Fawcett – Galerie GADCOLLECTION

Vos portraits montrent sur soixante ans de carrière la manière dont on se souvient d’elles : des beautés lumineuses, au naturel, en toute simplicité. Comment travaillez-vous cette lumière que vous captez dans leur regard, leur posture et leur émotion ?

Le plus important est ce qui se passe entre moi et mon sujet. Si une femme se sent belle, elle est belle. Elle doit s’abandonner et me faire confiance. Je ne laisserai jamais des images peu flatteuses. Je ne veux exploiter personne. Je veux que tout le monde soit beau, ils le savent et le sentent. Certains portraits sont réalisés avec une lumière naturelle, d’autres avec des stroboscopes, éclairés à la bougie ou avec n’importe quelle autre source. Tout est question d’atmosphère et de souplesse. Le matériel est une seconde nature. Tout doit être en place, prêt à être changé sans préavis. Vous rompez la concentration et l’atmosphère si chacun tripote les lumières, les caméras, les cheveux et le maquillage.

Marilyn Monroe, Elizabeth Taylor, Judy Garland, Audrey Hepburn, Coco Chanel… Grâce à ces femmes iconiques, vous êtes devenu une icône de la photographie. Qu’avez-vous appris sur vous et votre travail ?

J’ai 85 ans et j’ai toujours une partie de ma petite ville de Fort Érié (Canada) en moi. Je pense avoir bien évolué et que je n’ai jamais cessé de m’améliorer, mais je crois que l’humilité est importante. Vous devez continuer d’essayer et d’explorer ; vous ne valez que votre dernière photo. Je veux continuer à travailler. Je ne me considère pas comme une icône, même si je dois reconnaître que cela me fait plaisir d’être considéré comme tel mais c’est aussi un peu gênant. Je vois mieux le monde à travers mon appareil.

Que vous a dit Marilyn sur ses clichés ?

Elle a parlé d’elle à la troisième personne en me disant : « Cette femme, cette femme-là est le genre de femme avec laquelle tout homme voudrait se retrouver dans ce lit ! ».

Douglas Kirkland – Marilyn-Monroe – Galerie GADCOLLECTION

Capturer l’esprit des icônes hollywoodiennes et françaises, quelle différence entre hier et aujourd’hui ?

Chaque femme est une icône pour moi, pas seulement une star de cinéma. J’aime les femmes, leur compagnie, leur esprit, leur beauté. Je les adore. Le monde du cinéma était plus simple avant, car les gens étaient moins surveillés et protégés, et nous avions plus de temps. Il est plus difficile d’atteindre l’intimité en quelques heures qu’en une semaine entière. Mais je sens toujours que je peux communiquer avec les gens, cela devient très intense en peu de temps. Vous devez vous adapter ou on vous oublie.

Quand vous avez démarré, aviez-vous une idée de ce que vous souhaitiez capter à travers ces femmes ? Quelle en fut l’étincelle ?

J’étais impatient, j’avais faim, j’étais comme un jeune lion qui voulait réussir. Je ne savais pas que cela se réaliserait. Je voulais seulement prendre des photos. Quand Elizabeth Taylor m’a permis de la photographier ce soir-là à Las Vegas, elle m’a donné ma chance et a défini sans le savoir à quoi ressemblerait le reste de ma vie. Je lui en suis très reconnaissant, ainsi qu’à sa générosité.

Quel regard portez-vous sur votre carrière ?

Je reste émerveillé par l’attention que je continue d’avoir et de recevoir. Je ne cesse jamais d’être content quand je vois des gens apprécier et collectionner mes photos. Cela me rend très heureux et comblé par le sentiment de vivre une vie bien vécue !

Faye Dunaway et Douglas Kirkland – 1968 – Galerie GADCOLLECTION
Douglas Kirlkland – Mary Pickford – Galerie GADCOLLECTION
Douglas Kirkland – Brigitte Bardot – Galerie GADCOLLECTION
Douglas Kirkland – Dita Von Teese – 2006 – Galerie GADCOLLECTION

En savoir plus sur Douglas Kirkland et ses séries sur Marilyn Monroe et Coco Chanel : Musée de la Photographie – Expositions de photographies

Son représentant en Europe : Gad Edery
Galerie GADCOLLECTION
4 rue du pont Louis-Philippe
75004 Paris

Photo à la une : Douglas Kirkland – Brigitte Bardot – Galerie GADCOLLECTION
Portrait de Douglas Kirkland par Owen Roizman – 2011

Le plus important est ce qui se passe entre moi et mon sujet. Si une femme se sent belle, elle est belle. Elle doit s'abandonner et me faire confiance.

Douglas Kirkland